LOGO orange fond transparent_Plan de travail 1.png
Camille O.jpg
Camlle O.png

MAISON INVISIBLE

"en partant d'un constat historique, j'ai voulu montrer le passé de ce lieu ainsi que les nombreuses installations qui en ont découlé. Ppour cela, j'ai dessiné le plan de la maison de M. Nicolas afin de faire prendre conscience que ce passage était autrefois habité. "

Camille O.png

Camille oppé

Vous êtes, sans aucun doute, déjà passé devant le lieu que j’ai choisi pour faire mon intervention. Un espace délaissé et à l’empreinte historique forte : c’est le passage entre la porte Saint-Georges et un immeuble d’habitation, près de la cathédrale de Nancy. De dimension assez importante et pourtant inoccupé, on comprend rapidement que ce passage n’en était pas un à l’origine. Les différentes traces présentes sur les murs de l’immeuble témoignent également de ce mystérieux passé. Mais qu’est-ce qui, d’antan, pouvait occuper ce lieu ? Vous l’avez déjà peut-être compris, c’est une construction qui se dressait à la place de l’actuel passage il y a moins d’un siècle : la maison de Monsieur Nicolas et de sa famille. Pour bien comprendre l’essence du lieu et sa forte identité,

il faut remonter au XVIIe siècle, jusqu’à nos jours, et revenir sur quelques éléments historiques clés. La porte Saint-Georges construite dès 1602, a joué un rôle crucial dans l’histoire du passage. En effet, avant 1878, une petite maison occupait le lieu puis fut détruite à la suite de la classification de la porte en 1879. Pourtant, en 1890, Monsieur Nicolas construit une maison sur cette parcelle. Malheureusement, avec le développement du tramway, la porte devait être détruite : la démolition de la maison fut ordonnée. Jusqu’en 2018, ce lieu a accueilli des petites constructions, successivement détruites pour ouvrir le passage au public. Ainsi, le passé de ce lieu est important et beaucoup de personnes ont voulu y habiter, avant de voir leur maison détruite et se faire exproprier.

En partant de ce constat historique, j’ai voulu montrer le passé de ce lieu ainsi que les nombreuses expropriations qui en ont découlé. Pour cela, mon installation consistait à dessiner le plan de la maison de Monsieur Nicolas afin de faire prendre conscience à ceux qui franchissent ce passage qu’il était autrefois habité. Cela fait aussi écho aux nombreuses polémiques qui ont éclaté concernant l’expropriation de Monsieur Nicolas et de sa famille, à la suite de la volonté de démolition de la porte Saint-Georges. J’ai réalisé mon installation le 31 décembre 2021 avec l’aide de trois personnes

Le dessin du plan était très préparé : l’idée était de réaliser des pochoirs utilisables sur place que je venais combler de cendres (élément symbolique de la destruction et de la renaissance) puis humidifier. Cela permettait de stabiliser l’installation pendant quelques instants avant qu’elle ne disparaisse au fil du temps (pluie, pas,…), à l’image de cette mémoire furtive. J’ai également souhaité conserver l’herbe existante, car elle ne perturbe pas la lecture de l’installation, représente la seule forme de vie présente depuis la démolition de la maison et permet surtout la double lecture entre passé et présent.