LOGO orange fond transparent_Plan de travail 1.png
KRISTOFER.jpg
Kristofer-croquis-modifié.png

X-UP 180°

"en reprenant les codes de la signalétique routière, j'ai détourné un panneau de signalisation pour avertir les cyclistes d'une éventuelle cascade à vélo. "

Kristofer.png

Kristofer Sour

L’installation se situe aux abords de la prairie de La Méchelle, dans le quartier des rives de Meurthe, à l'est de Nancy. Plus précisément, l’intervention se concentre dans un terre-plein créé par une déviation cyclable, proche du pôle nautique et des espaces urbains éphémères d’été. Ce lieu insolite comporte un arbre remarquable qui a été conservé lors de l’aménagement des berges de la Meurthe par l’architecte Alexandre Chemetoff en 2017. L’arbre est présent dès l’origine de la conception de ces espaces urbains. La piste cyclable fait partie du Bras vert, parcours pédestre très fréquenté et prisé par les Nancéiens. Le terre-plein en question se situe à la fois dans un espace vaste et dans une ligne droite de 400 m, amplifiant la présence de l’arbre remarquable. Si le lieu ne semble être qu’un simple espace végétalisé avec de la terre et un arbre,

il se révèle être au contraire très évocateur d’un phénomène urbain peu connu : la ligne du désir. La ligne du désir est un sentier tracé progressivement par érosion à la suite du passage répété de piétons ou de cyclistes. La présence de cette ligne signale un aménagement urbain inapproprié compte tenu des passages existants. Même si la ville de Nancy a réalisé un marquage de flèche au sol pour indiquer de suivre la piste cyclable, les utilisateurs du vélo passent généralement par le terre-plein qui est devenu un creux assez prononcé avec le temps. En se rapprochant du lieu, les cyclistes découvrent au dernier moment que la piste cyclable contourne ce petit espace végétalisé large de 3 m. Si la plupart des personnes suivent la bande de bitume, certains préfèrent « foncer tout droit ».

Comme le lieu que j’ai choisi est déjà très évocateur du phénomène de ligne du désir, j’ai décidé de réaliser une installation légère. En reprenant les codes de la signalétique routière, j’ai détourné un panneau de signalisation triangulaire pour avertir les cyclistes d’une éventuelle cascade à vélo. Le pictogramme et le texte du panneau illustrent une figure à vélo qui n’existe pas mais qui demeure cependant très explicite : X-UP 180°. Le panneau implanté inciterait le franchissement du terre-plein affaissé, même si les cyclistes l’utilisent depuis plusieurs années.

En ce qui concerne l’installation en elle-même, j’ai choisi d’emprunter un panneau de signalisation routière de petites dimensions afin d’obtenir un rendu réaliste. Je me suis bien sûr assuré en amont de l’inutilité du panneau en termes de sécurité routière. J’ai réalisé les nouveaux textes et pictogrammes à l’aide de papier noir mat adhésif. Je me suis rendu sur le site en Équipement de Protection Individuelle (EPI) de travaux publics le jour de l’installation afin de rendre l’intervention officielle.